Génération Y : l’évolution de la réussite, des prêts et de l’expérience d’apprentissage

Si vous lisez ce témoignage d’une personne née entre 1980 et 2000 et si vous faites partie de cette fameuse génération Y (Et oui, celle qui regroupe les personnes nées entre cette époque), vous vous reconnaîtriez sans doute.

A lire également : Comment augmenter ses revenus mensuels ?

Un témoignage parlant

« Quand j’avais 14 ans, j’ai approché nerveusement ma mère et lui ai demandé si je pouvais enfin avoir mon premier téléphone cellulaire. J’étais en quatrième et j’étais malade de jalousie à l’idée que toutes les filles de ma classe avaient le dernier Nokia Flip.

Je voulais en faire partie. Pour moi, avoir un portable, c’était tellement adulte. Je pourrais appeler les gens pour prendre des rendez-vous (quels rendez-vous ?). Je pourrais envoyer des textos pour discuter du dernier épisode de Gossip Girl. Il n’y avait rien de plus indépendant et libérateur que d’avoir mon propre mode de communication. Mais au moment où j’étais sur le point de faire mon long discours pour expliquer pourquoi je méritais d’avoir un téléphone cellulaire (je m’entraînais pendant des heures dans ma chambre), ma mère m’a coupé les vivres et m’a dit : « Tu peux en avoir un, mais tu dois payer la facture de téléphone chaque mois. Si tu es assez vielle pour avoir un téléphone cellulaire, tu es assez vieille pour trouver un emploi. ».

« A l’époque, il fallait obtenir un permis de travail pour obtenir un emploi avant l’âge de 16 ans. Une fois que j’ai postulé et que j’en ai obtenu un, je me suis rendue dans un gymnase pour femmes à proximité et j’ai demandé un emploi dans leur service de garde d’enfants. Pendant les deux années suivantes, j’ai marché dans ce gymnase tous les samedis matins à 7 h 30 et j’ai travaillé mon quart de travail. Je ne m’en rendais pas compte à l’époque, mais c’était le début de ma peur de l’argent. Cela m’a appris que le travail était conçu pour être désagréable. Il vous obligeait intrinsèquement à faire des choses que vous détestiez, comme garder et s’occuper d’enfants qui criaient et nettoyer le vomi des bébés. Et tout ça à 7 h 30 un samedi ? Celui qui a inventé cette histoire d’emploi au salaire minimum doit faire une mauvaise blague. En même temps, j’ai réalisé que j’en étais l’esclave. J’étais désespéré de garder mon précieux téléphone Nokia Flip et mon chèque de paie mensuel subalterne le confirmait. C’est cette idée qui s’est finalement formée dans ma tête : l’argent ne vient que si tu fais des choses que tu détestes. »

« Si vous cessez de travailler, vous perdez les choses que vous aimez, comme vos appareils électroniques. Vous ne méritez beaucoup d’argent que si vous avez au moins 35 ans et beaucoup de diplômes, comme ma mère. Et last but not least, vous ne pouvez pas avancer dans la vie si vous n’avez pas l’argent pour vous permettre de le faire. Cela a au moins semblé être le cas jusqu’à l’âge de 17 ans et jusqu’à ce que j’aie 17 ans et que j’aie le genou creux pendant la saison des demandes d’admission à l’université. Soudain, mes camarades de classe étaient prêts à payer n’importe quoi pour fréquenter une certaine université, même s’ils n’en avaient pas les moyens. »

« C’était la première fois qu’on me présentait le concept des prêts. J’avais pas mal d’amis, des jeunes de 18 ans, qui signaient des accords de prêt pour 25 000 euros par année. Cette situation a été jugée normale. Un investissement dans l’avenir. La bonne décision. La plupart de ces amis, sept ans plus tard, sont toujours endettés et continueront à rembourser leur dette pendant de nombreuses années encore. Ne vous méprenez pas, je ne suis pas anti-prêt. En fait, je suis très pour le fait de trouver l’argent dont vous avez besoin pour faire bouger les choses et j’encourage régulièrement ma communauté Facebook à faire de même. »

« Mais cela m’amène à ma prochaine question. Comment se fait-il que la société française ait décidé que cette université, et seulement l’université, est un investissement futur digne de prêts ? A moins d’être médecin, avocat ou ingénieur, l’université n’a plus d’importance aujourd’hui. On peut apprendre n’importe quelle compétence, réseauter avec n’importe qui, acheter n’importe quoi et vendre n’importe quoi depuis la commodité de son canapé avec un ordinateur portable, faisant de l’université traditionnelle une mode du passé. »

« On n’en a plus besoin pour construire une carrière lucrative et significative. Saviez-vous que 50 % des étudiants de type millenial (c’est-à-dire appartenant à la Génération Y) disent qu’ils n’ont plus besoin d’une salle de classe physique ? En fait, 53 % d’entre eux affirment que les cours en ligne sont tout aussi réputés et 39 % envisagent l’avenir de l’éducation comme étant plus virtuel. »

Pour les jeunes de la génération Y qui pensent encore à contracter des prêts universitaires massifs, 57 % des diplômés de l’université disent regretter le montant qu’ils ont emprunté. En fait, plus d’un tiers d’entre eux ont dit qu’ils n’auraient même pas été à l’université s’ils avaient réalisé à quel point cela les aurait retardés. Il n’y a tout simplement plus de retour sur investissement pour ces prêts universitaires exorbitants.

Donc, si vous voulez trouver l’argent nécessaire pour investir dans votre avenir ou poursuivre vos études, envisagez des solutions de rechange qui auront un rendement beaucoup plus élevé et un impact plus riche.

Quelques conseils

1 – Apprenez une nouvelle compétence qui vous excite vraiment

Codage ? Marketing ? Ecrire ? Hula hooping ? Un saut dans le ciel ? Bien sûr que oui !

2 – Lancez votre propre entreprise

Que savez-vous plus que les autres ? Qu’est-ce que vous savez faire de mieux que les autres ? Faites payer ces compétences et commencez à gagner de l’argent en faisant quelque chose que vous aimez !

3 – Embauchez quelqu’un pour vous soutenir et vous aider à grandir

Un thérapeute ? Un coach de vie ? Un professeur de langue ? Un entraîneur de fitness ? Un coach d’affaires ? 100% !

4 – Voyagez et apprenez de nouvelles langues et cultures

Thaïlande ? Fidji ? Afrique du Sud ? Pérou ? Ou sera-t-elle, votre prochaine destination ? Peu importe, allez-y , voyagez, parcourez le monde. Découvrez de nouveaux horizons.

5 – Assistez à des événements incroyables et établissez des liens avec des gens qui changent la vie

Les conférences sur les speakers.com ? Une dédicace de Rich20Something avec Daniel DiPiazza lui-même ? Un billet pour la Semaine des médias sociaux ? Accélérateur Nomad ? Allez apprendre quelque chose de nouveau et laissez-vous inspirer ! Maintenant, la question suivante est évidente :  » En quoi le fait de contracter un prêt pour l’université est-il différent du fait de contracter un prêt pour ces alternatives ? Ils vont tous les deux mettre une éternité à payer ! ».

Lorsque vous contractez un prêt dans un but qui vous rendra réellement plus heureux – comme dans le cas d’un prêt provenant d’un lieu d’intérêt véritable plutôt que d’attentes sociétales, fondées sur le statut, vous allez naturellement manifester l’argent pour le rembourser plus rapidement.

Une auteure raconte une belle histoire dans son livre à propos de l’époque où elle a décidé d’acheter une Honda CRV, une voiture pratique et sûre, et une Audi, une voiture qu’elle ne pouvait pas se permettre et pour laquelle elle n’avait aucune utilité pratique. Au fond, elle voulait l’Audi. C’était sa voiture spirituelle. Alors à la dernière minute, au lieu d’opter pour la voiture raisonnable qu’elle pouvait se permettre, elle a obtenu un prêt et acheté l’Audi.

Et quand elle a fait cela, elle a soudainement signé beaucoup plus de clients et a été en mesure de rembourser beaucoup plus rapidement qu’elle ne l’aurait jamais fait si elle avait acheté la Honda. Pourquoi ? Parce que lorsque on est vraiment passionné par quelque chose et qu’on est déterminé à le faire fonctionner, l’argent se manifeste. Quand on ne se soucie pas vraiment de l’achat, cependant, on laisse le prêt s’éterniser, un peu comme la génération Y le fait aujourd’hui avec l’université.

Alors, réfléchissez-y. Si vous avez accès à cet argent, vous pouvez l’utiliser pour un voyage d’un an en Inde pour faire du bénévolat dans des refuges pour animaux et acquérir une toute nouvelle perspective sur le monde (ce qui pourrait vous amener à ouvrir votre propre refuge pour animaux, apprendre trois nouvelles langues, établir des relations avec des gens que vous n’auriez jamais cru rencontrer et devenir un leader bien connu dans le domaine du bien-être animal sans but lucratif).

Ou encore, vous pourriez prendre ce prêt et l’utiliser pour obtenir un diplôme en communication d’une durée de quatre ans qui ne vous apprendra absolument rien sur quoi que ce soit. J’adore les beuveries, les manuels scolaires à 300 euros et les professeurs titulaires dépassés, n’est-ce pas ? Le fait est que j’en ai vraiment marre que tout le monde s’agite autour du mot « prêt » quand il s’agit de quelque chose d’autre que l’affaire française de l’université.

Trouver l’argent pour réaliser sos rêves ne signifie nullement faire la promotion de l’emprunt. Il s’agit plutôt d’une question de choix. Si on trouve l’argent pour devenir la meilleure version de soi-même,alors  peu importe le reste.

Ainsi, s’il y a quelque chose dont vous savez que vous avez besoin dans votre vie pour être plus heureux, plus confiant, plus libre, plus mondain, plus compétent, plus serviable, plus connecté ou plus riche, cessez de perdre votre temps et trouvez l’argent pour le faire. Faites-le immédiatement. L’argent est là et vous attend et avec la bonne action et la bonne motivation, il se remboursera en un rien de temps. Asseyez-vous et posez-vous vraiment la question : de quoi ai-je besoin pour élever mon bonheur dans ma vie ? Une fois que vous l’avez compris, n’y pensez pas trop, ne vous stressez pas et ne reculez pas. Passez à l’action et engagez-vous à faire en sorte que cela se produise. Vous vous le devez à vous-même.

Cet article a été écrit par admin