Investissement Immobilier dans l’ancien : les avantages

Nous l’avions vu dans notre guide pour augmenter ses revenus mensuels : l’immobilier reste un des investissements les plus sûrs. Il se présente comme la meilleure option en investissement immobilier. L’immobilier neuf, notamment, est très en vogue. Mais est-ce vraiment le cas ? L’immobilier ancien présente de nombreux avantages, qui pourraient vous amener à revoir votre position. Voici lesquels !

Un emplacement privilégié

Le premier point fort de l’immobilier ancien vient de son emplacement. Généralement, les biens anciens sont localisés au centre-ville ou au sein des quartiers historiques. Ils bénéficient donc de toutes les commodités habituelles (écoles, supermarchés, salles de sport, etc.)

Ce positionnement stratégique fait facilement grimper sa valeur et son attrait locatif. C’est une alternative idéale pour les seniors ou les ménages plus jeunes. Le lieu parfait à partir duquel tout est accessible.

Contrairement aux nouvelles bâtisses qui sont très souvent en zone périphérique urbaine, l’immobilier ancien est attractif, au cœur des métropoles. Sa demande est donc plus grande. C’est un point qui, à lui seul, assure déjà la rentabilité de votre investissement. Son juste emplacement règle le problème global de vacance locative : le véritable calvaire des investisseurs en immobilier locatif.

Investissement immobilier dans l'ancien

L’immobilier ancien est moins coûteux et donc plus rentable

Investir dans l’ancien est globalement moins cher que d’investir dans le neuf (15 à 35 % moins cher pour les mêmes fonctionnalités). Des taux qui dépendent des rénovations à apporter au bien à acheter. Dans le processus d’acquisition d’un bien immobilier, le prix d’achat influence grandement la rentabilité du bien sur le court et moyen terme.

Couplé à cela, les loyers confortables que vous percevrez – conséquence du positionnement stratégique – vous permettent de rentrer rapidement dans vos fonds. L’investissement dans l’ancien est considéré comme une valeur refuge. Vous ne risquez pas d’avoir une mauvaise surprise une fois les travaux de rénovation achevés.

Cet investissement est facile à valoriser

L’investissement dans l’ancien est simple et facile à valoriser. Compte tenu des diverses aides à la défiscalisation, les travaux de rénovation peuvent être faciles à faire. Une fois que ces travaux sont effectués, la valeur du logement grimpe. Si vous avez bien entretenu votre logement et que vous avez réalisé de travaux de rénovation et de valorisation, vous n’aurez aucun mal à le vendre à un bon prix, c’est à dire à un prix de vente supérieur au coût d’acquisition, surtout si celui-ci se trouve proche d’un centre ville ou des commodités. Vendre à un promoteur immobilier peut également être une opération intéressante. On estime que ces professionnels achétent un bien en moyenne à 20% au dessus du prix du marché, et sont particulièrement des biens anciens qui disposent généralement d’un emplacement privilégié pour leurs programmes et un fort potentiel de valorisation.

Le double enjeu : réduction d’impôts lors des travaux de rénovation – gain de valeur après les travaux ; constitue les fondations d’une rapide prise de valeur du bien ancien, après son acquisition.

L’immobilier ancien dispose des avantages fiscaux

Les institutions encouragent l’investissement dans l’ancien. Afin de concrétiser leur support, ils ont mis en place des dispositifs intéressants.

  • Le régime du déficit foncier: ce régime autorise l’acheteur de déclarer un déficit. Ainsi, il pourra bénéficier de certains avantages fiscaux. Ce régime peut être exploité pendant la durée du prêt immobilier. Cela permet à l’acheteur de conserver une partie de ses fonds pour autre chose.
  • La loi Malraux: Très connu des investisseurs, elle permet un allègement entre 22 et 30 % pour la rénovation d’immeubles anciens. Ce gros avantage dispose de quelques conditions notamment :
    • le bien locatif doit se situer à des endroits stratégiques bien précis,
    • le bien doit être destiné à la location pendant au moins 9 ans.
  • Le prêt à taux zéro: c’est un type de prêt particulier qui bénéficie de l’assistance de l’État. En effet, l’État prend en charge une partie des frais lors de l’achat du bien. Mais pour être éligible à ce prêt, le prêteur doit :
    • ne pas avoir été propriétaire de sa résidence principale sur les deux années antérieures ;
    • procéder aux travaux de rénovation dans l’immeuble acquis.
  • Le dispositif Pinel-Ancien: Il est identique dans l’ancien comme dans le neuf. Lorsque vous vous engagez à une gestion locative de votre bien acquis pendant au moins 6 ans, vous obtenez une réduction d’impôts de 12 %.
    Si votre engagement va à 9 ou même à 12 ans, des réductions supplémentaires sont observées. Notamment à 18 ou même à 21 % sur vos impôts.
    La condition pour être éligible à ces allègements, reste d’investir dans un bien ancien en état déplorable. Cette loi limite ses accès à des logements acquis en piteux état. En plus de quoi, vous devez présenter obligatoirement une assurance responsabilité civile.
  • La loi Borloo-Ancien: Découlant du dispositif de Besson, elle donne certains avantages aux investisseurs locatifs dans l’ancien. Ces derniers doivent instaurer une location non meublée pour une durée de plus de 5 ans. Et si les travaux sont conventionnés par l’Agence nationale de l’Habitat, la durée pourra aller jusqu’à 9 ans.
    Dans ce régime, la durée de la location est fixée. Elle s’étend sur 6 ans quand les frais pour travaux n’ont pas subi une réduction. Pour celles qui l’ont subi, la durée de la location s’étale plutôt jusqu’à 9 ans.
    Sous ces conditions, si vous percevez un revenu social, vous bénéficierez d’une réduction fiscale de 60 %. Contrairement à un revenu intermédiaire qui vous donne droit à une réduction fiscale de 30 %.

Pour plus d’informations sur tous les dispositifs de défiscalisation existants, nous  vous invitons à consulter le site officiel du gouvernement : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/N19785

Conclusion

L’investissement dans l’ancien comporte de nombreux atouts. Aussi bien sur le plan économique que sur le plan fiscal. Il revient donc à chacun de choisir si ce mode d’opération lui convient. Il n’empêche pas que, il reste encore l’investissement le plus sûr avec le moins de risques qui a une bonne quantité d’allègements fiscaux.

Cet article a été écrit par Laurent